Seul sur Mars : le petit guide de survie en terre martienne

Seul sur Mars (The Martian) de Andy Weir. Un Robinson Crusoë spatial captivant. Si comme moi, vous aimez les histoires qui anticipent notre futur proche potentiel, alors celle-ci est faite pour vous.

Une fois n’est pas coutume je vais donc parler un peu de littérature sur ce blog. Je n’ai pas beaucoup lu en cette année 2015. C’est d’ailleurs l’une de mes résolutions de ne pas répéter cette erreur en 2016 ! (lire l’édito annuel)

The Martian, Seul sur Mars en français, est un roman écrit par Andy Weir. Programmeur de profession – il a par exemple travaillé sur Warcraft 2 – il est d’abord auteur par passion et avec ce roman, Weir nous propose une histoire de science-fiction proche de nous, sans aliens ou voyage à la vitesse lumière. Il raconte l’histoire d’un homme dans les années 2030, Mark Watney, astronaute, biologiste et ingénieur mécanicien, qui se retrouve seul sur Mars et va décider de tout faire pour survivre !

Mark Watney : premier homme à mourir sur Mars ?

Mark Watney faisait partie de l’équipage de la troisième mission du programme ARES. L’objectif ? Envoyer six astronautes sur la surface de Mars pour plus d’un mois, pour étudier l’environnement martien avant de revenir vers la Terre. Mais tout ne se passe pas comme prévu et la mission est abandonnée au bout de seulement six jours. Blessé et séparé du groupe dans le chaos de l’évacuation, Mark perd connaissance. Le croyant mort, ses équipiers montent à bord du vaisseau et repartent vers la Terre.

Quand Watney reprend connaissance il est seul, blessé et le vaisseau est parti. Il n’a pas de moyen de communiquer avec la Terre et ses vivres sont limitées.

La prochaine mission pour Mars n’arrivera que dans 4 ans.

the-martian-sunset-on-mars-by-mushstone

Fan art de The Martian par Mushstone

Combat sans relâche : Mark Watney vs Planète Mars

« Si l’oxygénateur tombe en panne, je suf­foque. Si le recy­cleur d’eau me lâche, je meurs de soif. Si l’Habitat se fis­sure, j’explose ou un truc comme ça. Dans le meilleur des cas, je fini­rai par cre­ver de faim. Ouais, je crois bien que je suis foutu. »

C’est ainsi que démarre le livre. Et à partir de ce moment, l’aventure lancée à un rythme haletant ne va pas s’arrêter de nous surprendre. Car malgré son constat alarmant Watney décide de ne pas se laisser achever par la planète Mars… et le combat pour la survie sur une planète hostile est de tous les instants.

Robinson Crusoë de l’espace perdu sur son île à 60 millions de kilomètres

Seul sur Mars est un roman captivant par l’intensité et l’enchainement des retournements de situation vécus par le personnage, qui ne manque pas de ressources, ni d’humour.

Mark Watney, Robinson Crusoë de l’espace perdu sur son île de sable rouge à plus de 60 millions de kilomètres de la Terre va devoir réparer, recycler, et inventer des appareils nécessaires à sa survie. Le roman nous en fait rapport complet, détails scientifiques inclus.

Une vue en 360° du rover Curiosity (19 décembre 2015)

 

Détaillé mais immersif et abordable par tout lecteur

Andy Weir, l’auteur du roman, a mis un point d’honneur à la précision scientifique de TOUT ou presque ce qui est évoqué dans l’histoire. Pour les plus geeks, les amateurs de sciences, de biologie ou de mécaniques orbitales (petite pensée pour les joueurs de Kerbal Space Program) cela fait du roman un véritable régal.

Les délais de communication et de voyage dans le système solaire sont cohérents avec la réalité. La carte de Mars est cohérente, le fonctionnement des équipements l’est aussi.

En résumé Andy Weir pourrait bien avoir écrit un véritable roman d’anticipation sur les missions habitées vers Mars qui pourraient réellement avoir lieu dans les 10 à 15 ans à venir (et si vous n’étiez pas au courant, venez en discuter dans les commentaires !).

Comme l’auteur l’explique lui-même :

« Toutes les technologies citées dans le livre sont réelles. Certaines sont un peu plus développées et plus efficaces que ce que nous savons faire à ce jour… mais elles existent toutes. »

Et croyez-moi, pas besoin pour autant d’être ingénieur pour apprécier le livre. Ce dernier remplit très bien son rôle de vulgarisation. L’extrême complexité de ce qu’opère Watney pour survivre n’empêche pas de s’immerger dans l’histoire.

Mais si (comme moi, j’avoue) vous êtes du genre à suivre la NASA sur le net ou vous tenir au courant de l’actualité de l’ISS, tout ce que raconte Seul sur Mars ne vous en sera que plus addictif.

Vue satellite réelle de l'Acidalia Planitia, où se déroule l'histoire

Vue satellite réelle de l’Acidalia Planitia, où se déroule l’histoire (source : NASA)

« Tout le monde dans ce bouquin semble pratiquer le même humour »

Alors certes si vous cherchez un roman aux dialogues finement écrits, aux personnages très variés et complexes, ce livre n’est pas trop de ce genre. Le cynisme permanent ne plaira pas à tout le monde, et comme me le faisait partager une lectrice du roman, tout le monde dans ce bouquin semble pratiquer le même humour, avoir le même ton et le même état d’esprit. Pour Mark lui-même c’est tout à fait hilarant de découvrir sa personnalité dans la situation dans laquelle il se trouve. Ça l’est un peu moins si tout le monde s’avère avoir la même psychologie.

Des défauts facilement excusables

Il faut bien comprendre : ce livre est écrit par un space-geek, surtout pensé pour des lecteurs geeks et curieux (comprenez : CE LIVRE EST POUR TOI LECTEUR DE CE BLOG). Il a été écrit d’abord sur un blog, qui faisait appel à tout un tas de spécialistes et scientifiques pour résoudre l’énigme de la survie sur Mars. C’est seulement plus tard qu’il a été édité et vendu comme roman. Cela peut expliquer beaucoup de choses quant à son style.

Je recommande !

En bref j’accorde mon indulgence pour les quelques défauts du livre, qui est le premier de son auteur et qui m’a fait passer un sacré bon moment. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été tenu en haleine par un roman comme ce fut le cas avec Seul sur Mars !

Si vous avez lu, comptez lire le bouquin, ou avez des réactions sur cet article retrouvons-nous dans les commentaires !

 


 

Pour aller plus loin




Une réponse sur “Seul sur Mars : le petit guide de survie en terre martienne”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *